Les cyberattaques les plus fréquentes en PME et TPE

Si on a tendance à penser que seules les grandes entreprises se retrouvent victimes des cyberattaques, cette idée est révolutionnée. Actuellement, les hackers s’intéressent plus aux PME et TPE. Pourquoi cette balance de cible ? Eh bien, il se trouve que les PME et TPE couvent des données capitales dans leurs serveurs. Et contrairement aux grandes entreprises qui déploient un budget spécial pour leur cybersécurité, les TPE et MPE ne se sentent pas assez concernées. D’ailleurs, avec des revenus plutôt serrés, elles ne considèrent pas le risque d’attaque comme important. Pour cela, elles ne comptent pas la pleine protection de ses données dans les dépenses mensuelles. Faute grave ! Une PME sur trois rencontre des difficultés face aux cybercriminalités. Les hackers s’attaquent surtout aux informations clients et personnels, et aux coordonnées bancaires afin de les revendre à des entités escrocs ou adversaires.

Pour arriver à leur fin, les cybercriminels procèdent par différentes techniques dont celles-là sont les plus fréquentes :

Ransomware

Celle-ci est la plus connue des formes d’hackage sur Internet. Le hacker infiltre le serveur de l’entreprise par un logiciel téléchargé à l’insu de l’employé. Il suffit que ce dernier pénètre dans un site web empesté ou intercommunique avec un dossier corrompu pour que le logiciel soudoyé s’installe automatiquement. Par ce logiciel, le pirate crypte et bloque l’ensemble des données de l’entreprise. Il demandera, par la suite, une rançon pour décrypter les informations. S’il est fidèle au deal, il nécessitera encore de déployer une certaine somme, outre cette rançon, en vue de dédommager les appareils victimes et rétablir les données.

Attaque par déni de service (DDOS)

Cette technique vise à alourdir les données chargées dans les serveurs de la société. Les bases de données se retrouvent saturées au maximum et au final, les informations enregistrées se retrouvent défectueuses. Zéro solution !

Pishing

Un pishing tend à faire passer un hacker pour une entité quelconque. Les cybercriminels utilisent souvent la voie de l’e-mail. Il demande alors des informations personnelles (coordonnées bancaires par exemple) pour pouvoir poursuivre la navigation. Il se retrouve finalement en possession de vos données personnelles et en jouit à sa guise.